Kanarinox: Editeur du signal de trading SAST-CAC40. Sélection d'articles sur le trading, l’économie,  et la géopolitique.

Ce que la bulle de l’endettement des entreprises signifie pour les investisseurs

Par Frank Holmes, forbes.com - What Ballooning Corporate Debt Means for Investors

Considéré par beaucoup comme un éternel pessimiste de Wall Street, David Rosenberg a prédit avec succès la crise financière de 2008.

David Rosenberg est économiste en chef de la société Gluskin Sheff & Associates (8,2 milliards de dollars en gestion). Pendant des années, il a formé des investisseurs avec son populaire bulletin «Breakfast with Dave».

Aujourd’hui, il prévoit une récession dès le deuxième semestre 2019. Pourquoi? En bref, la Fed réduit les liquidités alors que la dette des entreprises atteignait un niveau record. De plus, l’administration Trump a déjà procédé à une réduction d’impôts, mesure généralement réservée aux périodes de crise.

«Comment allons-nous stimuler la politique fiscale en cas de récession? Nous l'avons déjà fait au plus fort du cycle. Nous n’avons plus les munitions fiscales. " a déclaré Rosenberg.

La dette des entreprises avoisine la moitié du PIB américain. Depuis 2008, la dette non financière des entreprises a grimpé à plus de 9 000 milliards de dollars, soit près de la moitié du PIB américain. Chaque récession depuis les années 80 a coïncidé avec des niveaux élevés de la dette par rapport au PIB.
20190417_01
Le ratio de la dette non financière des entreprises au PIB a dépassé les niveaux records. Plus de 4 880 milliards de dollars de cette dette arriveront à échéance d’ici 2023. En raison de la récente augmentation des taux, de plus en plus d’entreprises ont des difficultés à payer les intérêts sur leur dette, qui croît plus vite que l’économie américaine, selon l’Institute of International Finance (IIF).

Le type de dette qui connaît la croissance la plus rapide est celui des obligations BBB, les plus risquées – juste un cran au-dessus des «junk».

Lors de sa présentation, Rosenberg a répété que le cycle conjoncturel ne mourait pas de vieillesse, mais qu’il était tué par la Fed. Le tableau ci-dessous montre les taux de prêts non performants, superposés aux taux des fonds fédéraux décalés de 10 trimestres.
20190417_02

Selon Rosenberg, ce n’est pas le montant qui compte autant que le changement.

Rosenberg recommande de surpondérer les titres à revenu fixe et les REIT (fiducies de placement immobilier), plus de l’or physique et des actions minières, ajoute l’auteur.
20190417_03