Kanarinox: Editeur du signal de trading SAST-CAC40. Sélection d'articles sur le trading, l’économie,  et la géopolitique.

Allemagne : Les commandes à l'industrie plongent de -4,2%

Bloomberg

Les commandes à l'industrie allemande ont chuté de manière inattendue en février, démontrant que la plus grande économie d’Europe n’est pas prête de remonter la pente.

Le rapport, qui fait état d'une baisse de 4,2%, intervient quelques semaines à peine après que la banque centrale ait avertie qu'il y aurait peu de chances que la tendance baissière s’inverse. Le ministère de l'Économie a ajouté jeudi à la morosité, en disant que se ralentissement continuerait dans les mois à venir, notamment en raison du manque de demande externe."

Cela représente la plus importante chute annuelle de commandes depuis dix ans.

«Les commandes à l'industrie sont en chute libre dans un contexte de ralentissement de la demande mondiale.»

20190404_02

La baisse mensuelle enregistrée en février est la plus forte des deux dernières années, loin des attentes des économistes, qui espéraient un gain de 0,3%. La baisse du mois précédent a été révisée, mais elle a tout de même affiché une baisse de 2,1% due à la faiblesse des dépenses d'investissement dans le monde.

Les entreprises réduisent leurs prévisions pour 2019 en réponse au ralentissement général. Infineon a déclaré à la fin du mois dernier que « les incertitudes économiques mondiales persistaient et que la demande était anémique », et Osram soulignait un ralentissement de la croissance et les tensions géopolitiques.

La détérioration des perspectives pour le secteur manufacturier est un autre signe d'alerte pour les hauts dirigeants en charge de la surveillance de l'économie de la zone euro, principalement stimulée par l'activité des services. Si ce ralentissement du secteur manufacturier se propage, cela pourrait bien éroder la confiance et les perspectives économiques de la zone euro.

20190404_03-1

Les responsables de la Banque Centrale Européenne se réuniront la semaine prochaine pour mettre à jour leurs prévisions. Lors de sa réunion en mars, la BCE n’avait jamais autant réduit ses prévisions depuis le début du QE.